L'histoire d'Harris M.

L'histoire d'Harris M.

L'histoire d'Harris M.

Hello la Kanda

 

Ça fait un moment que je voulais écrire cet article afin que vous expliquer d’où vient Harris M. 

Et pourquoi je mets toute mon énergie dans ce projet qui me tiens tant à cœur. 

 

Et à l’occasion du 1er festival Harris M - Kanda Roots, j’ai envie de revenir sur le pourquoi de ma marque. 

 

Je viens d’une famille d’artistes, chez nous, on a: 

  • des chanteurs (papa, frères, soeur, pièce rapportée qu’on aime)
  • des beatmakers/musiciens (frères, tante) 
  • des danseurs (maman, tantes, frères, soeurs) 
  • des couturiers/tailleurs (papa, oncles, tantes, moi même) 
  • des artistes peintre/grapheur (moi même, pièces rapportées qu’on aime lol) 
  • on a aussi des personnes qui soutiennent coute que coute (oui c’est un art lol) et qui applaudissent fort lol (maman, soeurs) 

Donc la musique, la danse, la couture, la peinture ont toujours fait partie de ma vie d’aussi loin que je me souvienne. 

 

Dans ma famille nous avons toujours eu des couturiers, mon père y a été encouragé par sa grand mère. Elle trouvait que comme les gens ont toujours besoin de se vêtir, alors mon papa aurait toujours un travail. (Oui, oui, la couture pour mon père vient de la lol, on se raconte tout la Kanda ;)) 

 

Du coté de maman, ma tante Marie Claire (MC pour les intimes) a eu un dé d’or en haute couture dans les années 90. C’est une femme qui coud pour les grandes dames avec beaucoup de justesse. 

 

C’est donc un héritage familiale que je n’avais pas envie de voir disparaître dans ma génération. 

 

Le déclic de monter Harris M. est arrivé fin 2011. Et oui ça fait déjà un moment... 

Mon père ayant été malade est repartie à Brazzaville (au Congo) avec la machine à coudre familiale que j’avais toujours vu à la maison. 

C’est vraiment ce qui m’a fait prendre conscience que la couture était une activité que je voulais faire et donc que je voulais préservé dans la famille. 

 

Pendant l’absence de papa, j’ai pris des cours de couture dans un café couture à Montreuil avec Marianne. Une bonne femme hyper sympathique où je buvait plus de thé que je ne cousais. 

Après 10h de cours où j’ai appris les bases, j’ai continué à me former avec des tutos et autres DIY via les plateformes comme YouTube et Pinterest. 

De là, en 2015 j’ai sorti ma première collection Harris M. de colliers en tissu pagne dont j’étais particulièrement fière! Fait à la main par moi même. 

 

 

Ma première collection était bien évidement en tissu pagne (wax) tissu 100% coton sans cire. 

 

Pourquoi le pagne? 

Parce que j’ai toujours baigné dans ce tissu. D’aussi loin que je me souvienne.  

Les tissus wax, on les appelle pagnes au Congo. 

Wax étant cire en anglais, sur les tissus qu’on utilise, il n’y a pas de cire. Donc on les appelle pagne. Qui à l’origine désigné un bout de tissu. 

 

Nous avons toujours eu du pagne à la maison que ce soit dans mes souvenirs d’Afrique ou ici en France. 

Il était évident pour moi que j’allais travailler ce tissu là.

Nous avions une nana benz dans la famille, 

L’une des cousines de mon père qui avait un magasin où elle revendait des wax et super wax de Vlisco. 

Sa fille Eliane faisait  des allers retours entre Brazzaville et Lomé (capitale du Togo) pour ce fournir en pagne que sa maman Henriette revendrait dans sa boutique "Vivi Rose" à Brazza. 

 

Photo de Madzaka Henriette 

 

Les nanas Benz sont celles qui ont contribué à la démocratisation du port du pagne en Afrique. 

 

Donc travailler le pagne n’est pas un effet de mode pour moi, c’était juste une évidence. 

Ce qui est super je trouve c’est qu’aujourd’hui il y a de plus en plus de créateurs qui travaille ce tissu et le rendent plus accessible à toutes les gardes de robe en France notamment. 

Pour moi le pagne va devenir un intemporel au même titre que les imprimés animaux. Comme le léopard par exemple. Que toutes les femmes ont dans leur garde robe et qui revient toujours sous forme de full look (robe, pull, pantalon) ou sous forme d'accessoires (écharpe, chapeau, chaussure...)

 

Je suis donc passée des colliers en pagnes fin 2015 aux vêtements en début 2017. 

J’ai commencé par le kimono, un vêtement que j’adore, unisex et taille unique. 

 

Comme je débutais dans le vêtement, les différentes tailles et morphologies des gens me faisais peur. 

J’ai par conséquent commencé avec un vêtement que je pouvais maitriser et qui ne me donnais pas de soucie de taille. De là, je me suis entourée d’une équipe composée d’une modéliste (Marina) pour la création des patrons.

De Laurence qui fait les gradations (la déclinaisons des patrons en différentes tailles) et d’une couturière adorable Oznur. 

Et là, c’était vraiment le début d’Harris M. tel que vous le voyez aujourd’hui car l’équipe n’a pas changé dans la confection en tout cas. 

Et comme j'aime m'entourer de ma famille quand je fais quelque chose, il était tout naturelle pour moi que Stéphanie (ma vrai soeur d'une autre mère/ bestie depuis plus de 20ans) intègre ce projet Harris M. Avec Naturelle, moutimass pour les intimes, elles sont les testeuses, meilleurs clientes ever, meilleurs soutiens ever, porteuses de valises surtout lorsque j'étais au 6ème étage sans ascenseur et enceinte lol 

Bref, pour moi elles sont les premiers membres de la kanda Harris M. 

 

Chez Harris M. je fais de très petites séries, j’aime que les gens se sentent uniques je ne sais pas si c’est mon coté congolais qui parle mais je fais ça depuis le début. Et c’est un moyen aussi de ne rester avec  trop des pièces sur les bras donc je travaille toujours en flux tendu. 

Donc quand vous voyez une pièce qui vous plait, n’hésitez pas, pas trop en tout cas car elle risque de disparaitre et de ne plus revenir. 

Il y a tellement de pagnes différents que je refait rarement les mêmes pièces dans les pagnes que vous avez déjà vu. 

 

 De plus, Harris M. ce n'est pas que des vêtements et accessoires de mode. Ayant une formation de décoration d'intérieur et décoré des hôtels sur Paris pendant 8ans, il y a toujours des accessoires déco dans toutes mes collections. sous forme de cache vase que j'adoreee, de coussins ou plaids. 

Voici donc l'origine d'Harris M. la suite est entrain de s'écrire avec et grâce à vous ;)

Merci la Kanda.  

Bisous bisous de moi 😘

 

Ps: Si vous avez des questions n’hésitez pas à me poser en commentaire.

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés